Comment faire pour que mes enfants partagent?

Ahhhhhhhh le partage des jouets … Quel parent n’a jamais eu à faire face à ces guerres nucléaires pour lesquelles personne ne peut se mettre à l’abri, pas même ceux qui n’ont qu’un enfant?!

Partager ses jouets, thérapeute familiale Lyon, conflits fratrie

Voici donc quelques pistes à explorer et à tester pour tous ceux d’entre-vous qui aimeraient aider leurs enfants à mieux vivre l’apprentissage du partage. Et ça marche aussi pour les nounous qui aimeraient gérer plus efficacement cet apprentissage avec les loulous dont elles prennent soin 😉

Étape 1 – Construire un abris anti-atomique 😛

Plus sérieusement, pour acquérir la capacité à partager, il est important, selon moi, de d’abord acquérir la notion de propriété et de droit (et choix) de vouloir prêter ou pas ses affaires. On a tous besoin, peu importe notre âge, d’objets, d’espace et de temps qui ne sont qu’à nous. Il me semble important de respecter ce besoin que l’on ait 2, 11, 38 ou 72 ans.

Étape 1 – Décider avec l’enfant d’un endroit, une sorte de cachette secrète inaccessible par les frères et sœurs, amis, voisines, cousins…, où il pourra ranger tout ce qui n’appartient qu’à lui et qu’il ne veut pas prêter. Ça peut être une étagère en hauteur, un placard réservé , un tiroir … que vous choisissez ensemble et qui convient à tout le monde.

Étape 2 – Laisser ensuite l’enfant choisir quels jouets, livres et autres affaires, il veut mettre dans cette cachette. Soyons clair, au début, il risque de vouloir y mettre toutes ses affaires !!! Et vous pouvez le laisser faire, la taille de la cachette sera de toute façon une limite naturelle. (Note pour plus tard, ne pas non plus choisir une cachette secrète trop grande 😉 ).

Le reste de ses jouets devient alors « commun » ou en tous cas plus facilement partageable. Vérifier toutefois, cette information auprès de votre enfant car ce qui est évident pour nous peut l’être beaucoup moins pour eux.

Étape 3 – Ensuite, quand la situation se présente, lui demander quel jouet de sa cachette il veut bien prêter?

S’il ne veut rien partager, un simple « ok se sont tes affaires et tu as le droit de ne pas vouloir prêter », « Quand tu seras prêt(e), fais le nous savoir, ton frère (ou ta sœur ou ton cousin …) sera sûrement très content ».

Quand il partage, encourager votre enfant en le remerciant. Inviter aussi celui qui va profiter du jouet partagé à remercier sa sœur (ou son frère ou son cousin, ou son ami). Pour vous c’est peut-être évident qu’il faut partager, mais votre enfant fait à ce moment là un effort qui mérite d’être souligné et encouragé.

Étape 4 – On peut aussi éventuellement rajouter un temps pendant lequel il veut prêter et que l’on peut visualiser avec un sablier ou une minuterie. Ça le rassurera de savoir qu’au bout de ce temps, il va récupérer son jouet. C’est alors à nous, adulte, de nous assurer que ce temps sera respecté pour lui donner confiance et envie d’éventuellement renouveler l’expérience.

Étape 5 – Et bien évidement, le même genre de « règles de vie » s’applique à toute la fratrie, c’est-à-dire que ce même enfant ne peut par contre pas aller se servir comme il veut dans les affaires de ses frères et sœurs. Ces refus, et donc déceptions, pourront alors également être l’occasion d’une discussion sur ce que l’on ressent à ce moment là et sur la joie et la convivialité que peut apporter le partage des jouets.

Je sais, par expérience que les parents sont souvent très inquiets à mettre en place cette démarche de peur que finalement l’enfant ne partage plus du tout. Faites confiance au processus 😉 et voyez cette étape comme un investissement à long terme sur la manière de voir et ressentir le partage. Je ne peux vraiment intégrer ce que veut dire ce mot que si je possède réellement quelque chose que j’ai réellement le choix de partager. Là seulement je peux être en état de voir tout le positif du partage. Sans ça, je le subi dans la rancœur, la tristesse ou la colère avec la crainte éventuellement de ne jamais récupérer mon jouet, ou dans un mauvais état, quand ???

Patience et soyez confiant(e) ça va se régler. Après un temps, plus ou moins long selon les enfants, les prêts de jouets et le partage devraient beaucoup mieux se passer et s’apaiser. La clé étant le libre choix et la confiance en ce libre choix respecté.

Et toutes ces pistes de solutions (non exhaustives bien sûr) n’empêchent pas que parfois, ils ne sont pas d’humeur à partager, qu’ils aient 5, 12 ou 43 ans!

En conclusion, pour que vos enfants partagent leurs jouets, laissez-les d’abord ne pas partager ! (au moins une partie)

D’ailleurs, vous, chers parents, est-ce que vous partagez toujours vos affaires? 😉

Partager les jouets, aider les parents Lyon, disputes frères et soeurs

2 réponses
  1. Baudet
    Baudet dit :

    Merci pour cet article bien instructif…..c’est clair que les enfants prêtent beaucoup plus facilement s’ils ont le choix et si l’on comprend et accepte leur non-envie de prêter et si on la reconnait…..Notre grand a accepté de prêter au petit quand on a dit à un repas d’amis devant les enfants que le grand n’aimait pas que le petit bave sur ses jouets….il lui a alors carrément donné son cadeau du jour!!!j’en aurai pleuré….

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *